Bilan de la formation Revitaliseur de centres-villes et centres-bourgs – 2017

FORMATION CONTINUE

Revitalisation des centres-villes : une ingénierie renforcée pour les territoires

En septembre-octobre 2017, l’IAUR organisait la première session de formation à destination de professionnels sur la question de la revitalisation des centres-villes et centres-bourgs. Le succès rencontré confirme le besoin exprimé d’ingénierie sur ce sujet et permet d’envisager une seconde session en 2018. Plus largement, l’institut s’est saisi de cet enjeu de la vitalité de nos centralités et prend diverses initiatives.

Groupe_Revitalisateur_Visite

Les 18 participants à la formation en visite de terrain

Un projet de formation unique en France

Alors que les évolutions de nos centres-villes et centres-bourgs ont désormais une place dans le débat national (voire international), que les initiatives locales, régionales et nationales se multiplient pour enrayer ce phénomène dit de « dévitalisation », ce projet de formation continue est né d’un double constat :

• Trop souvent le problème de la revitalisation est abordé sous l’angle commercial, alors que bien avant que ferment certains commerces, la vacance des logements dans les centres-bourgs avait augmenté, les fonctions de centres-villes avaient migré en périphérie, le lien social s’était distendu, l’identité du centre s’était dégradé, etc. Un projet de revitalisation efficient doit être un projet global et cohérent, actionnant simultanément différents leviers de revitalisation sur des thématiques diverses.

• Face à cette complexité et à la multiplicité de thématiques en présence, une montée en compétence et un besoin d’ingénierie se sont exprimés de la part des acteurs territoriaux. Les premiers agents recrutés dans certaines collectivités pour coordonner des projets de revitalisation (ou plus souvent des agents déjà en fonction et repositionnés à temps partiel à ce rôle de coordinateur) ont rapidement exprimé leurs difficultés à être ce « mouton à 5 pattes », compétent sur des champs très divers, ensemblier d’acteurs très hétérogènes et bien souvent insuffisamment légitimes pour garantir une cohérence des politiques publiques (et des initiatives privées), favorables à un centre-ville vivant et attractif.

Un programme transversal et interdisciplinaire de formation, encore unique en France, a alors été élaboré pour répondre à ce double enjeu : proposer une ingénierie renforcée pour des projets globaux de revitalisation.

Image Site_formation_revitalisateur_IAUR

Sur un format volontairement court de 6 jours (2 modules de 3 jours chacun) afin de ne pas trop impacter les agendas professionnels des participants, le spectre de la revitalisation a été étudié, de la construction d’un projet global de centralité à sa mise œuvre, sans oublier l’animation et la conduite de ce projet.

>> Retrouvez la plaquette de présentation de la formation 2017

16 intervenants experts de leurs domaines respectifs sont venus transmettre les clés de compréhension et d’action. Des partenaires se sont particulièrement investis dans ce projet : Établissement Public Foncier de Bretagne, Agence d’Urbanisme et de Développement Intercommunal de l’Agglomération Rennaise (AUDIAR), réseau Bruded, Mana, CERUR, Fédération des promoteurs immobiliers de Bretagne, CCI Bretagne et CCI des Côtes d’Armor, Cabinet Bérénice, Cabinet Adden Avocats, Communes de Guipel et du Mené, Institut des Sciences Sociales du Travail de l’Ouest (ISSTO), Université Rennes 2.

Afin de rendre plus interactif cette formation, une mise en application des apports successifs de la formation a été organisée à travers un exercice en continu sur un cas pratique : un cœur de ville en quête de revitalisation préalablement visité. La dernière demi-journée a été consacrée à la restitution des projets appliqués des groupes devant l’élu en charge du centre-bourg de cette commune et certains intervenants de la formation. L’élu a pu repartir avec des propositions variées d’interventions.

EPF_Revitalisateur

Un bilan encourageant

18 participants venus de toute la France ont convergé vers le campus de Villejean pour cette formation. Formation d’initiative régionale à ouverture nationale, les participants étaient originaires d’Ille-et-Vilaine (6), du reste de la Bretagne (5) et des autres régions métropolitaines (7). Cette diversité des origines géographiques a renforcé la richesse des échanges et la confrontation des problématiques de revitalisation.

A cette diversité des origines géographiques s’est ajoutée la pluralité des types d’exercices professionnels. Si une majorité des participants exerce en Commune (4) ou en EPCI (4), une autre part importante exerce en bureau d’études privé (4) ou dans un Pays (2). A noter également la présence de profils en transitions professionnelles (3) ainsi qu’un doctorant étranger.

Le climat de cette semaine a été marqué par l’échange permanent, à la fois entre les participants et les intervenants mais aussi entre les participants eux-mêmes. L’objectif de cette formation était également d’initier un réseau de « revitalisateurs », en capacité, une fois la formation terminée, d’échanger sur leurs réussites ou leurs difficultés rencontrées de retour sur leurs territoires respectifs et ainsi de poursuivre les échanges de bonnes pratiques. Ce réseau se concrétise aujourd’hui par exemple au travers d’une plateforme numérique d’échange permettant une veille collective, des partages de documents sans omettre des moments d’humour !

L’évaluation de cette première session de formation demandée aux participants le dernier jour objective la satisfaction des participants sur les différents item interrogés : programme, intervenants, rythme, animation, climat des échanges, etc. L’un des participants résume : « Outils concrets, nombreuses expériences, diversité des approches, rythme de travail stimulant ». Cette évaluation permet en outre d’identifier les pistes d’amélioration pour une session future, par exemple les enjeux de mobilité ou de solidarité entres territoires.

ImageArticle

EnGroupe_M2

Des suites et prolongements à venir

Une prochaine session est en préparation au second trimestre 2018. Les pré-inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes (Jean-Pascal Josselin – 02 23 22 58 63 – 06 20 31 65 71 – jp.josselin.iaur@gmail.com). Si la formation ne nécessite pas de prérequis particuliers, un échange préalable avec le responsable pédagogique permettra de mieux connaître votre profil, vos attentes et ainsi d’adapter au mieux la formation.

Outre cette prochaine session à venir, l’IAUR travaille actuellement avec des partenaires régionaux et nationaux afin de questionner, d’améliorer et de diffuser de meilleures pratiques d’ingénierie territoriale au service des projets de revitalisation et de centralités au sens large. Des réseaux spécifiques de communes pourraient également bénéficier de formations dédiées et adaptées à leurs caractéristiques.

L’IAUR a également commandité un atelier professionnel auprès d’un des masters fédérés (master Aménagement et Collectivités Territoriales de l’Université Rennes 2). Pendant un an, 5 étudiants enquêteront les configurations d’ingénierie territoriale dans une vingtaine de collectivités françaises engagées dans des démarches de revitalisation. Cette recherche doit permettre d’identifier les configurations et les organisations au sein des collectivités locales favorables à des politiques de revitalisation efficientes et permettant l’opérationnalité des projets.

Les 22 et 23 mars 2018, le colloque « Quelles centralités hors des métropoles ? La trajectoire des petites villes européennes comme enjeu d’équité territoriale », co-organisé par l’IAUR à Lamballe, permettra de diffuser l’état de la recherche scientifique internationale sur les polarités secondaires. Les petites villes européennes ont été relativement peu étudiées par la recherche scientifique qui s’est principalement focalisée sur les niveaux supérieurs de la hiérarchie urbaine. Ce colloque, ouvert aux praticiens et à toute personne intéressée sera ponctué de conférences, de tables-rondes et de visites.

Retrouvez la page de présentation de la formation

Retrouvez toutes les autres actions conduites par l’IAUR sur cette thématique des centralités sur la page dédiée

Plus d’informations :
Jean-Pascal Josselin – 02 23 22 58 63 – 06 20 31 65 71 – jp.josselin.iaur@gmail.com

 

Partager l'article :

    Commentaires fermés