Les sédiments de la Rance, objet d’une rencontre entre enseignants chercheurs et l’association Cœur Émeraude

PROGRAMME R&D ECOMATERRE.

Visite du centre de transit des sédiments de l’estuaire de la Rance

centre_sediments_0

Site de la Hisse. Source :  Association Cœur

Une équipe composée de l’IAUR, l’association Accroterre, des enseignants chercheurs du laboratoire LGCGM de l’INSA Rennes et du laboratoire EPROAD de l’Université Picardie Jules Verne Amiens a participé à une rencontre avec l‘Association Cœur Émeraude, située près de Dinan (22), chargée notamment de la gestion des sédiments de l’estuaire de la Rance.

 

 A l’origine de cette initiative, une rencontre entre l’IAUR, l’association Accroterre accompagnée d’un d’architecte et le Conseil Régional de Bretagne autour de la question de la valorisation de déchets dans la construction contemporaine.

L’Université de Rennes 1 et l’INSA de Rennes s’intéressent déjà depuis une vingtaine d’années aux caractéristiques et aux qualités de ces sédiments ainsi qu’à leur employabilité dans des matériaux de construction. Des recherches au sein de ces établissements d’enseignement supérieur sont toujours menées.

La programmation de cette visite s’effectue dans le cadre du programme de recherche et développement ECOMATERRE, dont la dynamique porte sur l’innovation d’un matériau biosourcé à base de terre. Cette démarche peut permettre de faire avancer les connaissances sur les sédiments, qui, au jour d’aujourd’hui, sont principalement valorisés par l’agriculture.

Entrée_Moutons

Sédiments et terre feront-ils bon ménage ? Le recueil et l’échantillonnage d’un peu de matière en provenance du centre de transit en vue de mener des expérimentations est une première étape dans cette éventuelle aventure de sédiments de la Rance insérés dans des matériaux biosourcés à base de terre.

>> Actualités du programme de R&D ECOMATERRE

>> Site de l’association CŒUR ÉMERAUDE

 

Partager l'article :

    Commentaires fermés