R&D ECOMATERRE

R&D ECOMATERRE :  un programme de recherche et développement consacré à l’innovation d’un matériau biosourcé à base de terre dans la construction contemporaine.

Contexte : L’Institut d’Aménagement d’Urbanisme de Rennes pilote et coordonne un programme de recherche et développement consacré à l’innovation d’un matériau biosourcé à base de terre dans la construction contemporaine, avec l’association Accroterre, en partenariat avec le pôle Gouvernance de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (MSHB).

Ce programme s’inscrit dans les missions du Groupement d’Intérêt Scientifique IAUR qui a pour finalité de co-produire des innovations pédagogiques, scientifiques, technologiques et sociales entre les établissements membres, le plus souvent en lien avec les territoires, sur la base de projets, en construisant des échanges et des synergies entre eux. Ces innovations sont pensées dans un cadre interdisciplinaire afin de relever les défis des transitons écologiques, énergétiques, numériques et sociales et dans une approche systémique, expérimentale et de pratiques.

Origine : Depuis 2014, l’IAUR organise des rencontres scientifiques sur la transition énergétique visant une recherche appliquée au territoire régional. Trois séminaires ont été organisés sur cette thématique : Rénovation des copropriétés au Blosne, îlots de chaleur urbains, terre et matériaux biosourcés (35) ; Autonomie énergétique et urbanisme dans le Pays du Mené (22) ; Coopération, Co-conception et Eco-construction autour du projet Ecobatys à Fougères (35). Ces échanges scientifiques ont permis de renforcer des liens avec les chercheurs de différents laboratoires et les professionnels de l’aménagement, l’urbanisme et la construction et l’association Accroterre. >> En savoir plus sur les rencontres de la Recherche de l’IAUR

En effet, l’association Accroterre réfléchissait à la manière de réhabiliter la construction en terre pour repenser un matériau terre contemporain afin de le réinsérer dans le paysage urbain. Coopérant avec un collectif d’architectes et un bureau de contrôle, l’association souhaitait faire évoluer les connaissances scientifiques et l’utilisation de ce matériau et donc la réglementation pour obtenir le droit à construire en terre ce qui inclut la reconnaissance du matériau et son assurabilité.

Enfin, la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (MSHB), qui fédère l’ensemble des structures de recherche en Arts, Lettres, langues, Sciences Humaines et Sociales de Bretagne et qui dispose d’un potentiel de 1000 chercheurs et enseignants-chercheurs, ayant pour objectif de développer l’interdisciplinarité et de dynamiser les recherches institutionnelles, a soutenu l’initiative en y apportant son savoir-faire en matière d’appel d’offre et d’appel à manifestation d’intérêt.

La conjonction des préoccupations a permis de faire émerger le programme de recherche et développement ECOMATERRE.

Au démarrage du programme, un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) : Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé en janvier 2016 auprès des acteurs de la recherche du Grand Ouest de la France (Bretagne, Pays de La Loire, Normandie) et a reçu un écho très favorable permettant de considérer la faisabilité du programme. L’IAUR, Accroterre et la MSHB l’accompagnent sur une durée de trois années (de 2016 jusqu’à fin 2018) jusqu’à la réalisation expérimentale de bâtiments « démonstrateurs » sur la Métropole rennaise, durant les deux années qui suivront, en étudiant leurs dimensions techniques, économiques, juridiques, assurantiels et sociales. >> Présentation de l’AMI

Architecture en terre, Travaux de l'architecte Ashmat Froz, Kaboul, Afghanistan

Architecture en terre, Travaux de l’architecte Ashmat Froz, Kaboul, Afghanistan

Une dynamique interdisciplinaire d’innovation autour de la conception d’un matériau à base de terre : Ce programme de recherche expérimentale et appliquée, qui a pu démarrer grâce aux accords de financement déjà obtenus, est animé selon une méthodologie collaborative et itérative innovante puisque sont réunis beaucoup des parties prenantes du Grand Ouest breton, représentatives de la filière de construction du bâtiment, qui travaillent de concert pour déployer et rendre visible l’innovation.

 

La dynamique de coopération entre les laboratoires, les disciplines et les professionnels se base ainsi sur une mobilisation multidisciplinaire et un travail collectif dans l’élaboration des projets.

Des instances de gouvernance et dialogue : L’ensemble des acteurs échangent régulièrement grâce à un processus dynamique de rencontres et d’échanges. Le programme se compose de trois axes de recherche : l’un porte sur les procédés (matière première et matériau), le second sur les processus (histoire, réception de l’innovation, ambiance, santé) et enfin le troisième, l’axe des procédures, s’empare de tous les aspects qui facilitent, freinent ou empêchent l’exploitation de la matière première et la mise en œuvre des matériaux (aspects règlementaire, juridique et budgétaire du programme). Un Comité de Pilotage ainsi qu’un Conseil à la Recherche et au Développement veillent au bon déroulement du programme et au suivi des travaux.

Des engagements :

Le Conseil Régional de Bretagne au titre du Plan Bâtiment Durable breton soutient financièrement la R&D

• Deux bailleurs sociaux : Néotoa et Archipel Habitat et la Coop de Construction, financent et commandent des constructions

L’Université de Rennes 1 et l’Université Rennes 2 commandent des microréalisations au sein des campus

Des acteurs mobilisés :

La Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du logement de Bretagne (DREAL)

Rennes Métropole

Des établissements d’enseignement supérieur : l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA Rennes), l’Université Rennes 2, l’université de Rennes 1, l’École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP), l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne (ENSAB), l’IUT Génie Civil et Construction Durable (UR1), Sciences Po Rennes, l’IFFSTAR Nantes, l’Université Bretagne Sud, l’IUT Génie Civil de Saint Nazaire, GRETA – Lycée Pierre Mendès-France, l’Université Picardie Jules Verne, Agrocampus Ouest

Des laboratoires de recherche : LGCGM (INSA Rennes), IRDL (UBS), EPROAD (UJV), GPEM (IFFSTAR), GEM (IUT St Nazaire), Tempora (UR2), APP (UR2), ESO-Rennes (UR2), Utopia (Ex-CIAPHS-UR2), CRAPE (UR1). Une trentaine de chercheurs et praticiens issus des laboratoires du Grand Ouest Breton : ingénieurs des matériaux, thermiciens, acousticiens, sociologues, historiens, urbanistes, économistes, pédologues

Des architectes dont l’Ordre des Architectes de Bretagne et un Collectif d’Architectes

Un bureau de contrôle technique et des assureurs

Des groupements et des entreprises : le Collectif des Terreux Armoricains, entreprise Lessard TP, entreprise Terre, Chaux et Décors, l’association Au Bout du Plongeoir, Team Solar Bretagne, Ecobatys

Des démarches sont actuellement conduites pour que des entreprises de matériaux et de la construction rejoignent ce programme de R&D.

 

Un objectif de recherche appliquée : L’objet du programme de recherche et développement est d’imaginer et concevoir un (des) nouveau(x) matériau(x) biosourcé(s) à base de terre crue devant répondre précisément à des commandes des maîtres d’ouvrage et des attentes de la maîtrise d’œuvre, avec une visée opérationnelle, tout en étant reproductibles.

La première phase de recherche et d’expérimentation, prévue sur trois ans, a pour finalité de définir un (des) produit(s) biosourcé(s) à base de terre crue, de réaliser des micro-expérimentations afin de tester le (ou les) matériau(x) et de construire (d’ici à 4 ans) trois types  d’habitat « démonstrateurs » : Néotoa : un habitat collectif R+ 3, de 30 à 50 logements avec un matériau porteur ; la Coop de construction : un collectif de 10 à 15 logements, et Archipel Habitat : deux maisons individuelles. Ces constructions seront situées dans la Métropole rennaise.

Dans le cadre de cette visée innovatrice et expérimentale, la dimension historique, patrimoniale et culturelle du matériau « terre crue » est également intégrée dès le commencement du programme. La compréhension du contexte est primordiale pour cette expérimentation et son développement futur. Les perspectives d’utilisation et d’exploitation d’un nouveau matériau dans la construction contemporaine feront l’objet d’analyses spécifiques et détaillées : mesure de l’ensemble des effets sociaux, économiques et environnementaux (représentations et appropriation du matériau, récits historiques, santé, coût de construction, coût d’exploitation, économie des charges, changement culturel, innovation, formation et emploi, modification spatiale, etc.), en lien avec des orientations prises depuis des années en matière d’aménagement, d’urbanisme, d’architecture et de construction.

Retour sur les séminaires pléniers : les axes de recherche des procédés, procédures et processus en dialogue 

>> Séminaire du 1er avril 2016 : Un premier séminaire introductif, à l’Université Rennes 2, a rassemblé une soixantaine de personnes issus de structures diverses. Cette première rencontre fut l’occasion pour les chercheurs, les architectes, les artistes ayant répondu à l’AMI, ainsi que les maîtres d’ouvrage et les collectivités de se rencontrer et de présenter leurs orientations par rapport au sujet de l’AMI. Un tour de table s’est effectué autour des attentes de la maîtrise d’ouvrage : Conseil Régional de Bretagne, Néotoa, La Coop de Construction, les universités Rennes 1 et Rennes 2 puis s’est poursuivi par la présentation des attentes des prescripteurs et intervenants du Collectif d’architectes : Maryvonne Rigourd : « la bauge et les Blocs de Terre Compactés » ; Ashmat Froz : « l’Adobe – la brique de terre crue et le placoterre » ; Patrice Liard et Yves-Marie Maurer : « la terre banchée » ; Bernard Menguy : « les enduits terre ».

SéminaireIntroductif_AMI-1er avril

Lancement du séminaire introductif

PrésentationA.Froz_Séminaire-1avril

Ashmat Froz, architecte

PrésentationY.M.Maurer_Séminaire-1er avril

Yves-Marie Maurer et Maryvonne Rigourd, architectes.

 >> Séminaire du 20 mai 2016 :

Ce second séminaire plénier, qui s’est déroulé à l’INSA Rennes, a réunit 35 personnes. Une dynamique d’organisation de la recherche et développement a été proposée. Elle se compose de trois axes : l’un porte sur les procédés (matière première et matériau), le second sur les processus (histoire, réception de l’innovation, ambiance, santé) et enfin le troisième, l’axe des procédures, s’empare de tous les aspects qui facilitent, freinent ou empêchent l’exploitation de la matière première et la mise en œuvre des matériaux (aspects règlementaire et juridique, économique et budgétaires du programme). Le projet d’une plateforme collaborative de partage a été présenté.

Trois synthèses ont été présentées :
o « Les attentes de la maîtrise d’œuvre » par Maryvonne Rigourd, architecte, Agence Désirs d’espaces.
o « Sur les rapports entre les êtres humains et leur environnement : l’habitat du point de vue des sciences sociales » par Benoît Feildel, Maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme à l’Université rennes 2, Chercheur au laboratoire ESO Espaces et SOciétés – UMR CNRS 6590
o « Les procédés de construction en terre », Erwan Hamard, chercheur à l’IFSTTAR Nantes.

A la fin du séminaire, les participants se sont ensuite retrouvés pour la première fois, en groupe dans les axes procédés, processus et procédures.

 

  >> Séminaire du 13 octobre 2016 :

Une quarantaine de personnes s’est retrouvée au Domaine de Tizé à Thorigné-Fouillard. Ce troisième séminaire plénier, accueilli par l’association Au Bout du Plongeoir, fut consacré à l’énonciation des pistes de recherche pour chacun des axes composant le programme : procédés, processus et procédures ainsi qu’à l’expression des échanges sur la pertinence des orientations de recherche en présence des maîtres d‘ouvrage.

 

  >> Séminaire du 3 mars 2017 :

43 acteurs du Grand Ouest breton, engagés dans ce programme de R&D, ont participé au premier séminaire plénier de l’année 2017 à l’Université Rennes 2. Les Maîtres d’ouvrage ont présenté à l’ensemble du groupe leurs avancées concernant la programmation des constructions et chaque projet formalisé au sein des axes de recherche et développement a été proposé.

Séminaire 3 mars Séminaire_Vue Salle_3mars SéminairePlénier_3mars >> Point médias :

> Article Ouest France : « Cherche matériau terre pour mur porteur, » 2 avril 2016

> Dossier dans Sciences Ouest : « L’innovation dans les murs », octobre 2016

> Émission de radio en podcast « Le café de l’Espace des Sciences » à Rennes : « La maison du futur », 2 mars 2017

 

>> Contact : Solenn Follézou / solenn.follezou@univ-rennes2.fr /  02 23 22 58 64 – 06 16 98 82 49

Partager l'article :